C’est une découverte qui représente un espoir fou pour les personnes atteintes du virus du SIDA. A Marseille, 48 volontaires ont participé depuis 2013 à une étude pour trouver le vaccin qui permettrait d’éradiquer le virus.

Une dizaine de patients ont vu les cellules infectées disparaître à la suite de l’injection du virus. Contrairement aux nombreuses tentatives mises en place à  jour, cet essai a porté ses fruits.

L’étude est conduite sous la direction du Dr Isabelle Ravaux à l’hôpital de la Conception de Marseille et d’Erwann Loret, biologiste au CNRS. Les patients ont arrêté la trithérapie et se sont vus injecter trois doses de vaccin.

Erwann Loret explique au journal La Provence : « Le résultat le plus remarquable est que les cellules infectées par le VIH ne sont plus détectables chez une dizaine de patients. Et ce, depuis deux ans, ce qui est tout à fait exceptionnel. Si des épisodes de ce type sont observés parfois chez des patients, cela ne s’était encore jamais produit sur une telle durée. »

Il explique également qu’ils ont observé une rétroconversion, c’est-à-dire une chute d’anticorps chez deux patients. Cela s’expliquait par le fait que le système immunitaire ne détectait plus de cellules infectées.

« Nous allons, avec l’Agence du médicament, proposer à ces deux patients qui ont repris la trithérapie d’arrêter leur traitement, sous suivi médical. Si, après trois mois, les cellules infectées sont toujours indétectables, on pourra alors parler de guérison fonctionnelle », ajoute-t-il.

Deux ans d’attente seront nécessaires pour pouvoir déclarer les patients complètement guéris et pour que le rêve d’un vaccin efficace contre le virus devienne réalité.