La dépression est une maladie multifactorielle .Selon une étude publiée dans la revue Biological Psychiatry, les personnes qui souffrent de dépression présentent des concentrations sanguines de zinc plus faibles par rapport à la population normale.

Sans établir un lien de causalité, le rapport entre une concentration basse en zinc et la dépression est établi. Le zinc participe à l’équilibre sanguin hormonal et l’homéostasie immunitaire, ainsi que la régulation de l’humeur. Les carences en zinc affectent la neuroplaciticité et peuvent causer des dégâts neuropsychologiques. Le zinc est très important pour la fonction immunitaire.

De faibles niveaux sanguins ont aussi été associés à des anomalies du métabolisme des acides gras et aux taux sanguins de lipides (cholestérol, triglycérides), ce qui pourrait affecter le fonctionnement du cerveau et la santé vasculaire.

De faibles niveaux de zinc ont également été associés aux maladies cardiovasculaires, et des désordres métaboliques du cholestérol et du diabète. Cette carence est donc un facteur de comorbidité important.

Des études plus approfondies sont en cours pour analyser les relations physiopathologiques entre la concentration sanguine de zinc et la dépression soulignent les chercheurs.

Pour pailler naturellement à cette carence, consommer l’huître aliment le plus riche en zinc, les viandes, les graines sésame et de citrouille, le lait, yaourt, fromage, céréales complètes, ainsi que les légumineuses.

VOIR LA PAGE SUIVANTE